□ Wachenröder / Edvard Munch & Christian Krohg □


Takayuki Negishi & Studio PJ - Wachenröder OST : Avalanche

Edvard Munch (1863/1944) :
Munch est l'un des artistes les plus importants de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle. Peintre norvégien indissociable de Nietzsche, formé à Christiania dans le style Naturalisme expressif, la vie autour de lui connaitra maintes tragédies ce qui affirmera son attrait pour les oeuvres dépressives, extrèmement expressives et mélancoliques. Le fameux "Cri" (1893), pièce de la série "La Frise de la Vie", symbolise la crise d'angoisse de l'homme moderne. L'image obéit à un principe de distortion linéaire. Le ciel rouge sang transmet un cri infini qui se passe à travers l'univers. Ce "Cri" de desespoir est probablement l'oeuvre la plus connue de Munch, mais celle qui nous interressera dans cet article est avant tout "L'Enfant Malade"
(1896) associé aux nombreux deuils familiaux qu'aura vécus Edvard Munch au cours de sa vie.


Wachenröder, le jeu video, de Sega :
On pourrait utiliser les mêmes adjectifs pour décrire Wachenröder, jeu emprunt d'un Naturalisme allemand expressif et débordant de desespoir. Wachen est un Tactical RPG proposant l'un des staff roll les plus brillant du jeu video, les stars se succèdent pour chaque rôle important (sont présents des characters designers cultes comme Range Murata ou Yoshitoshi Abe, des musiciens comme Takayuki Negishi ou Ian McDonald, des CG designers et constructeurs de figurines comme Kito Eisaku ou Takeya Takayuki, parmi d'autres dizaines de noms qui donnent le ton) et le jeu est d'une justesse rare dans la propagation d'émotions assez unique pour un jeu video. L'écran titre lui même est un tableau Dada d'une grande maitrise. Wachen est bouleversant à plus d'un titre et même si son gameplay plutôt simple le rend accessible à tous, sa force réside principalement dans son ambiance incomparable.


□ Wachenröder et la vie d'Edvard Munch □

La vie entourant Edvard Munch est une tragédie. Né en 1863 à Loten en Norvège, sa mère meurt 5 ans plus tard de la tuberculose. Sa soeur Sophie est également atteinte de la même maladie et décède en 1877. Son père médecin, est incompétant face à cette maladie et Edvard doit combattre lui même ses démons et se trouver une raison de vivre. Comme Nietzsche, il comprend que créer est la grande délivrance de la souffrance. Il ne sait pas qui hair alors il dévelope un sentiment de culpabilité. Il créé alors une succession d'oeuvre maladives et désespérantes. Son père meurt à son tour en 1989 puis c'est son frère qui le quitte en 1895. C'est en 1896 qu'il termine son tableau "L'enfant Malade", mettant en scène sa soeur malade dans un lit de douleur.
Edvard Munch est donc un personnage dépressif, qui combat sa douleur grâce à l'Art en usant de violence sur ses propres toiles.

C'est alors flagrant que le destin de Lucian, de Wachenröder, est lié à celui de Munch. Lucian vit dans une ville industrielle, au fond d'un ghetto près d'une énorme usine de traitement de l'eau, qui pollue amèrement le ciel et propage un nuage noir, personnifié en un oiseau géant, au dessus du ciel. Le ciel semble alors toujours en pleine douleur, en plein cri rouge sang et les personnes les plus faibles subissent de plein fouet la pollution excessive de l'endroit. La mère de Lucian a été emportée par cette maladie, et sa soeur est elle aussi atteinte. Lucian la veille régulièrement au bord de son lit, mais son père est incompétant et lucian doit régulièrement partir travailler pour payer le traitement de sa soeur. Malheuresement celle ci décède alors que Lucian est partit plusieurs jours trouver de l'argent par des voies illégales, et lorsqu'il revient il ne sait qui hair. Il se sent coupable de ne pas avoir pus protéger sa mère et sa soeur, toutes les deux emportées par la maladie. Il part alors chercher son destin dans la violence et cherche un coupable à cette tragédie. Lucian est dans le même état que Munch lorsqu'il part à l'aventure, il a vécus la même enfance arrosée de deuils familiaux, il vit dans un univers clairement découlant des peintures désespérée de Munch et le "Cri" semble perpétuellement présent.

Mais ce qui permet de faire un rapprochement encore plus étonnant est la ressemblance entre les scènes où Lucian veille sa soeur au bord de son lit et le tableau aux couleurs éteintes "L'enfant Malade". La mise en scène est similaire, la ressemblance entre les deux jeunes filles est frappante, le lit joue le même rôle de lit de douleur et la jeune enfant semble à chaque fois souriante, presque faite à son sort. Dans les deux cas c'est la personne au coté de la mourrante qui semble la plus grâve. La détresse est immanquablement présente et dans les deux cas c'est un drâme qui clôt le tableau.
Visuellement, la comparaison est évidente :

Christian Krohg (1852/1925) était lui aussi un peintre norvégien, plus agé que Munch il représentait l'art Norvégien dans les années 1880. Il fesait partie de ces artistes que Munch appelait les "peintres à oreillers" car ils peignaient tous l'agonie de leur propre soeur malade sur un lit avec un arrière plan d'oreiller. Munch c'est certainement inspiré de Krohg pour illustrer la fameuse scène de "L'Enfant Malade" ou encore pour "Le Printemps", on retrouve la même gravité et évidemment l'oreiller carré. Si on regarde bien la scène de Wachenröder, elle aussi pose la soeur de Lucian sur un oreiller carré, assise sur le lit et non alongée, la tête tenue par le mur.


□ Site Copyright © Rotkappchen
□ "L'Enfant Malade" est Copyright © Edvard MUNCH □